Boite à outils

Pourquoi devient-on militant nationaliste ? À propos du documentaire « la Cravate », de Mathias Théry et Étienne Chaillou

le 30 mai 2020, par Commission nationale antifasciste

1h37 min, sorti le 5 février 2020.

Les documentaires sur l’extrême droite sont souvent réalisés par des journalistes paresseux à la recherche de sensationnalisme. Pas celui-là. Sur le fond (le portrait intime d’un « petit soldat » du RN en 2017 à Amiens) comme sur la forme (une voix off omniprésente et très littéraire) ; on se trouve devant un travail très sérieux et très profond.

Plongée au sein du RN de la Somme

On retrouve dans le portrait de ce jeune militant de 20 ans de nombreuses caractéristiques communes au public du RN : bien évidemment une obsession pour l’immigration mais aussi un rapport très conflictuel aux institutions scolaires, un parcours de vie difficile, une origine rurale et populaire (ici une famille de petits patrons avec laquelle il semble avoir rompu), un engagement presque charnel pour « la cheffe » Marine et bien sûr une colère permanente.

En plongée dans le RN d’Amiens, on est affligé par la confusion politique, l’absence de débat interne comme de formation ainsi que par l’inorganisation de ce parti pourtant riche à millions et disposant de militants dévoués comme Bastien. On croise dans ce documentaire quelques cadres du parti bien arrivistes comme Éric Richermoz, insupportable tête à claques d’école de commerce (une sorte de Jordan Bardella raté) ou Franck de Lapersonne, parachuté parisien à la recherche d’une bonne place (qui aujourd’hui se prétend de gauche et anti RN !).

On assiste aussi aux coulisses de l’opération de Marine Le Pen en visite auprès des grévistes de Whirpool entre les deux tours. Si on appréciera le sens du « coup » médiatique, on s’aperçoit que, finalement, le RN se fiche autant des ouvriers en grève que Macron : simplement, ils s’en servent mieux.

À la fin du documentaire, le jeune Bastien semble un peu désenchanté de son passage au RN sans pour autant remettre en question les fondamentaux.... Il a depuis suivi Philippot aux Patriotes pour lesquels il a été candidat en troisième position aux municipales de mars dans un petit village de l’Oise (où ils ont obtenu 10,7 %). On l’a aussi vu parmi les Gilets jaunes de Beauvais l’année dernière.

La fédération de la Somme du RN a tenté brièvement de reprendre appui sur des proches des Identitaires (vite partis ou en sommeil) et a mené une campagne des municipales assez piteuse dans une région qui leur est pourtant favorable.

Un bon film dans le cadre d’un cycle de formation pour comprendre la trajectoire des militants RN, leur profil et le fonctionnement de l’intérieur.