Boite à outils

Le "livre du mardi" : Barbarossa

le 14 avril 2020

(Presque) tous les mardis, la CNAF publie la critique d’un ouvrage en lien avec le combat antifasciste.

Jean Lopez, Lasha Otkhmezuri - Passés/composés, 2019

Barbarossa est le nom de code du plan d’invasion de l’URSS par l’armée de Hitler le 22 juin 1941. La résistance et la contre-attaque de l’URSS qui ont suivi peut être considéré comme la plus grande opération militaire antifasciste de l’Histoire. Ce 22 juin, une armée nazie de 3,5 millions d’hommes attaque une Union soviétique complètement prise au dépourvu et dont le haut encadrement militaire a été décimé par les terribles purges staliniennes de 1937. Non content d’avoir exterminé ses meilleurs soldats avant la bataille (et d’avoir signé le criminel pacte germano-soviétique en 1939), Staline a refusé de croire ses espions, Richard Sorge au Japon et Harro Schulze-Boysen de l’Orchestre rouge de Léopold Trepper en Allemagne, qui l’avaient averti de l’imminence de l’attaque.

En 6 mois, les nazis anéantissent pratiquement l’Armée rouge, prennent Kiev, encerclent Leningrad et arrivent à 80 kilomètres de Moscou (où le corps de Lénine est évacué en secret du mausolée de la Place rouge). L’URSS est alors au bord de l’effondrement....

Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri ont écrit cette somme d’histoire militaire pour comprendre comment et pourquoi l’Armée rouge, au prix de millions de morts, a fini par gagner, mettant 3 ans à reconquérir ce que la Wehrmacht avait gagné en 6 mois. Les auteurs analysent les causes de la défaite allemande et de la victoire russe malgré une Armée rouge deux fois annihilée et un encadrement souvent incompétent (une bonne partie des officiers russes ne savent pas lire une carte). Les deux historiens remettent d’ailleurs en question l’explication trop facile d’une défaite allemande provoquée par l’hiver russe.
À lire pour comprendre.