En débat

Adresse de Philippe Poutou : « Face au fascisme, se retrouver pour discuter concrètement d’une riposte collective »

le 10 décembre 2021, par Philippe Poutou

Le meeting Zemmour de dimanche dernier est une alerte. Alors on dira aucun scoop, rien de vraiment nouveau, mais il y a les images d’agressions contre les militants antiracistes de SOS Racisme, ou même les images et les échos qu’on a eus des journalistes de l’émission « Quotidien » ou de Mediapart qui ont été maltraités, conspués, insultés.

On parle de Zemmour, avec sa parole « libérée », décomplexée, raciste, xénophobe, fasciste, même s’il s’en défend, on l’a vu dans le meeting, mais à côté de ça on voit bien à quel point des paroles comme celles-là peuvent encourager des groupes d’extrême droite, des militants d’extrême droite qui n’attendent que ça pour pouvoir se libérer eux.

Et eux se libérer c’est frapper. Et si on parle de Zemmour et de son entourage, il ne faut pas oublier Le Pen et le Front national évidemment, et puis au-delà on sait très bien qu’il y a d’autres candidatures, à droite notamment, avec toute une partie de la droite qui n’est pas du tout gênée par ces idées d’extrême droite et ces idées réactionnaires.

« On peut pas attendre que des choses très graves se passent »

Donc voilà. On est dans cette ambiance, ce n’est peut-être pas nouveau mais ça semble s’accentuer, ça semble bien s’installer et on mesure petit à petit le danger.

Un danger pour nous globalement, pour la population, pour les militants mais, bien au-delà des milieux militants, un danger pour les femmes, un danger pour les homosexuels, pour toute la communauté LGBTI, un danger pour les migrants évidemment… Parce qu’en fait ce passage à l’acte cela veut dire des agressions contre toutes ces personnes-là. C’est une réalité déjà dans certaines villes il y a des agressions, il y a des attaques, il y a des fichages par l’extrême droite.

Ils se montrent, ils insultent et menacent par des vidéos.

Voilà, on est dans cette ambiance-là. Les choses avancent, ça s’installe et à un moment donné il y a la question de la riposte qui se pose.

On peut pas attendre que des choses très graves se passent.

On peut pas attendre qu’à un moment donné on ait vraiment basculé dans une société fasciste ou une société archi-autoritaire.

Donc là il y a quelque chose qui se pose à nous : c’est comment on répond, comment on construit la riposte, même si on est dans une élection où chacune des candidatures, où chacun des groupes militants va être préoccupé essentiellement par la campagne électorale.

Il faut qu’on soit capable dans cette période-là aussi, de discuter de mobilisations, et notamment une mobilisation unitaire antifasciste contre les idées réactionnaires, contre les idées racistes, sexistes, homophobes…

Il faut qu’on arrive à discuter de ça, à voir comment on s’organise, comment on fait, et il va être très important que, dans la période qui vient, on soit en capacité d’organiser des rendez-vous très larges.

« Discuter concrètement des formes que peut prendre la riposte »

On en appelle donc à l’ensemble des organisations militantes, politiques, syndicales, associatives, des collectifs, des forces militantes de gauche, des forces militantes du mouvement social, à se retrouver et à discuter concrètement des formes que peut prendre la riposte contre les idées réactionnaires, contre le fascisme.

Il y a déjà eu des choses qui ont commencé, avec ce dimanche à Paris une manifestation antifasciste à l’occasion du meeting de Zemmour. Il y avait eu déjà, à Paris aussi, la semaine d’avant, une manifestation antifasciste. On sait aussi que dans plusieurs villes il y a eu des mobilisations, relativement importantes parfois, contre la venue de Zemmour.

Donc voilà c’est ça qu’il faut qu’on encourage, c’est ça qu’il faut qu’on arrive à construire.

C’est aussi la question de voir comment la population se préoccupe de ça, et comment les forces de gauche, sociales, politiques, les associations, les syndicats, l’ensemble des forces militantes s’impliquent là-dedans et prennent au sérieux cette menace-là.

Ce n’est pas juste des mots qu’on balance comme ça. Ce n’est pas juste une peur qu’on se fait, comme ça, gratuitement. Il y a une réalité aujourd’hui et on a de quoi s’inquiéter : c’est parce qu’à côté de cette menace fasciste avec les idées réactionnaires, avec les candidatures comme Zemmour et Le Pen, qui à elles deux représentent plus de 30%, ou autour de 30% de l’électorat si on en croit les sondages, on voit un régime politique, celui de Macron, de son gouvernement, des gens comme Darmanin, qui vont aussi sur ce terrain-là, qui vont sur un terrain anti-migrants, profondément antisocial, prêts à réprimer le mouvement social comme ils l’ont fait avec les Gilets jaunes, mais pas seulement.

« On en appelle évidemment à une prise de conscience »

Donc on est là-dedans, dans une société qui se « policiarise », dans une société avec des lois liberticides, avec un pouvoir de plus en plus autoritaire et on le voit aussi, c’est un élément du paysage, c’est quand même une police violente qui assume cette violence-là qui la revendique même, qui en demande plus.

Donc on voit tous les éléments qui s’installent, d’une société qui s’en prendrait réellement à notre liberté et à notre capacité ou en tout cas aux moyens qu’on aurait de contester ce monde-là.

Il y a donc urgence à se battre à la fois contre ces idées-là et, en même temps, on voit bien le lien qu’il faut faire contre la crise du monde capitaliste, contre l’appauvrissement de la population, les inégalités sociales, contre l’ultra-enrichissement aussi de possédants dont une partie, on le voit avec Bolloré, en vient à soutenir ces idées d’extrême droite.

Voilà le paysage, nous on en appelle évidemment à une prise de conscience et à se demander comment on fait pour se retrouver, discuter d’une véritable mobilisation large, d’une riposte contre toutes ces idées réactionnaires et pour notre avenir à nous toutes et tous.