Actualités

Qualifiés de « nazis », des identitaires perdent en cassation contre un antifasciste

le 12 janvier 2020, par Collectif Defend Mediterranea

Suite à l’échec de l’expédition anti-migrants « Defend Europe » à bord du navire C-Star, durant l’été 2017 en Méditerranée, les responsables identitaires allemand, français et italien espéraient se venger de la riposte antifasciste. Une mobilisation sur toutes les rives qui les avait empêchés de faire escale en Crète, en Tunisie, en Sicile et à Malte. Ils avaient déjà fait condamner le militant antifasciste Jean-Jacques Rue pour « provocation au crime non suivie d’effet » en mars 2018. Mais leur objectif principal était d’empêcher leurs opposants de les qualifier de « nazis ».

C’est pourquoi le réalisateur franco-grec Yannis Youlountas, porte-parole du collectif antifasciste Defend Mediterranea qui avait participé à l’échec de cette expédition, était poursuivi par les identitaires Robert Timm, Clément Gandelin alias Galant et Lorenzo Fiato : pour l’utilisation du mot « nazis » à leur encontre dans plusieurs communiqués du collectif diffusés sur son blog (blogyy.net).

Après avoir perdu en première instance à Nice en mars 2018, les identitaires avaient gagné en appel à Aix-en-Provence en septembre 2018. Mais cet appel vient finalement d’être cassé ce 7 janvier 2020, la Cour de cassation ayant jugé que ces paroles « s’inscrivaient dans le débat d’intérêt général sur une action de lutte » et « relevaient du mode satirique choisi par leur auteur ». Une victoire pour le comité de soutien et les avocats de Yannis Youlountas : maîtres Tricaud, Bonaglia et Wacquet.