Actualités

Communiqué contre les violences fascistes à l’EHESS

le 3 mars 2020

Nous, membres de l’EHESS, dénonçons les violences fascistes. La haine n’a pas sa place dans nos murs ni devant ceux-ci. Le mercredi 29 janvier, un étudiant a été agressé devant les locaux de l’EHESS par deux individus se réclamant du groupuscule d’extrême-droite les Zouaves Paris. Ils ont également volé, pour la troisième fois, une banderole installées sur l’EHESS et ont revendiqué cette action sur les réseaux sociaux. Cette agression n’est pas la première au sein de notre établissement. Nous rappelons les multiples attaques et menaces envers la Brêche de la part de groupes fascistes, ainsi que l’irruption violente de nationalistes antisémites lors d’un colloque l’année dernière.

Rappelons que l’EHESS et ses étudiant.e.s ne sont pas les seules cibles de ces violences. Le 5 décembre, l’Action française a agressé des élèves mobilisé.es du lycée Montaigne. Le 12, des étudiant.e.s de Strasbourg ont été attaqué.e.s sur leur piquet de grève par un groupe d’extrême-droite. La semaine dernière, des étudiant.e.s de Nanterre se sont fait gazer par La Cocarde, un syndicat d’extrême-droite, lors d’un blocage de partiels. Les attaques se multiplient contre les étudiant.e.s mobilisé.e.s. et de manière plus générale les idées fascistes et réactionnaires sont en progression en France comme dans toute l’Europe. La manifestation en l’honneur de Louis XVI organisée en plein Paris par l’Action française le 18 janvier en est une flagrante démonstration. Dans ce contexte d’accroissement de la portée des idées et des violences d’extrême-droite et fascistes nous dénonçons l’impunité dont jouissent ces groupes, permise par l’inaction des pouvoirs publics.

Nous dénonçons ces tentatives d’intimidation. Nous appelons à des actions concrètes comme un rassemblement antifasciste au niveau de la région parisienne et d’afficher clairement notre refus des violences d’extrême-droite et fascistes au sein de la mobilisation actuelle notamment en mettant en place des ateliers d’auto-défense au sein de l’EHESS.

Face à la haine de l’autre, au racisme, à l’islamophobie, au sexisme, à la LGBTphobie, face à celles et ceux qui portent fièrement l’idéologie d’extrême-droite et fasciste, il n’est pas question de céder !

Antifascistement,

Le comité de mobilisation de l’EHESS
FERC-CGT EHESS
Solidaires Etudiant-es EHESS
Sud Education EHESS